Elise Kusmeruck

En parallèle de sa formation classique en conservatoire, Elise Kusmeruck apprend dès son enfance par la tradition orale des musiques traditionnelles d’Europe de l’Est (tziganes, roumaines, bulgares…)

Dans le cadre de sa formation de Musicienne-Intervenante à Poitiers (Diplôme en 2010) elle pratique le chant traditionnel Poitevin avec Christian Pacher, les polyphonies Occitanes ou Gasconnes avec Marianne Mazeau... Puis elle enseigne le violon pendant 3 ans en école de Musique.

Sa rencontre avec le violoniste Dominique Pifarély, lui ouvre un autre univers musical, tant par la découverte de sa musique que par celle de la pratique de l’improvisation libre. Après de nombreux stages avec lui, elle joue pendant 3 ans sous sa direction dans l’ensemble Icare.
Avide de sons et d’expériences nouvelles, elle intègre également Le Lobe en 2012, orchestre pictave de musiciens improvisateurs sous la direction de Claire Bergerault.

Les trois thématiques que sont les musiques classique, traditionnelle, et improvisée se retrouvent dans plusieurs de ses projets, notamment dans le Duo Ecoute-ça Chéri ! (2013) avec la contrebassiste Julia Robin, et le Duo TOUTOUïE (2015) avec le guitariste tourangeau Jean-Sébastien Charret.

Elise s’affirme toujours plus pleinement dans les musiques traditionnelles d’Europe de l’Est, en animant des stages de violon roumain, des Bals des Balkans ou encore des Cabarets Tziganes avec l’accordéoniste Gilles Kusmeruck dans la formation KusTrio, et à travers le quartet tourangeau qu’elle crée en septembre 2014, CiuC.

Elle continue d’explorer différentes musiques traditionnelles avec son violon (Auvergne, Poitou avec le violoniste Robert Thébaut) mais aussi avec sa voix, en collaborant avec Les Goules Poly, et en dirigeant l’Ensemble LUME, choeur tourangeau de chants traditionnels du monde.

Ariane Cohen-Adad

Au cœur de l’expression musicale, Ariane développe un jeu de violon sensible et sans frontières. A l’âge de 7 ans elle entame des études de violon classique qui aboutiront à un 1er prix de conservatoire. Dès ses 15 ans, son père l’initie à la musique klezmer à travers divers projets de théâtre, contes et chansons yiddish. Le groupe Dibouk, animé par cette flamme, a réalisé de nombreux concerts, bals et ateliers pédagogiques basés sur la transmission orale et la culture yiddish. Avec Quintet Bumbac, quintette à cordes de musique des Balkans, Ariane sillonne la France en mettant à l’honneur les instruments à cordes et leurs subtilités (www.quintetbumbac.com). On la retrouve également sur scène avec le duo Szabadsag, projet réunissant ses multiples influences et à travers lequel elle s’exprime plus personnellement par des compositions.

Riche d’un parcours éclectique, elle a multiplié les expériences tant dans les autres esthétiques musicales (orchestre classique, musique de chambre, musiques actuelles amplifiées, musiques traditionnelles d’Europe et d’Amérique, collectif d’improvisation) que dans les autres formes d’art (danse, théâtre). Ariane est également diplômée d’une licence de musicologie (Sorbonne, Paris) et d’un double Diplôme d’Etat pour l’enseignement du violon et des musiques traditionnelles (CEFEDEM, Lyon).

Simon Buffaud

Né en 1989 il grandit à Limoges. D’abord attiré par les sciences, c’est tardivement qu’il découvre la contrebasse et décide d’en faire son métier. Il passe alors deux ans au CNR de Limoges et obtient ses deux premiers cycles de contrebasse sous la tutelle de Barbara Degrima. En parallèle il apprend les bases du jazz avec Jean Francois Bercé, qu’il rencontre lors d’un concert à Tours.
 
Il rejoint ensuite l’école "Jazz à Tours" en 2009 où il poursuit son apprentissage de l’instrument avec Loïc Blairon. Il s’enrichit également de nombreuses expériences en travaillant dans les ateliers de Jean-Marc Herbreteau, Remi Dumoulin, Antoine Polin et Thierry Vaillot. Titulaire du MIMA depuis 2012, Simon a par la suite retrouvé le conservatoire où il a obtenu son DEM jazz dans la classe de Guillaume De Chassy.
 
Simon se produit actuellement dans des formations très diverses, allant de la chanson française au jazz, en passant par la musique contemporaine. On peut notamment le retrouver sur scène avec 51 Shots, Maurice Reverdy, Nova Jazz, Elysion, Little Rina, ou encore le trio BAX.…

Yüla S

Il commence la pratique des percussions classiques, à l’âge de 8 ans . Au cours des 10 années suivantes, on le retrouve au sein d’orchestres d’harmonies, symphoniques et divers ensembles de percussions ; mais également dans différents Big-Band ( Argentan (61), Universitaire du Maine ), mettant un pied dans le monde du jazz, du rythm’n’blues, du funk, de la salsa et de surcroît, de l’improvisation.

En 1999, il participe à la formation du groupe Sebkha-Chott (Violent Hip-Hop Glauque Metalloïde des Balkans - Ohreland) , qui réalisera 5 albums et jouera régulièrement dans une dizaine de pays. Au cours de ces 15 années, l’influence des Musiques de l’Est n’a cessé de croître au sein du groupe, à tel point que la même équipe forme en 2012, les Barons Freaks, un Ciné-concert déambulatoire, mettant ces musiques à l’honneur.

De fait, Yüla arbore un côté résolument aventureux qui lui fait réaliser de riches collaborations : au sein du Genbaku Orchestra à partir de 2005 - un collectif manceau d’improvisation dirigée et délirante -, avec le groupe Henri Mash - « Spectacle Hip-Hop Expérimental » au Mans -, avec Ezra, Robert Le Magnifique, Collectif Mu(e), Mentat Routage, Zonder Zeep…